Mots-clés : 

Ce sujet a 7 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  Azylis, il y a 4 jours et 19 heures.

  • Auteur
    Messages
  • #9734
     Aurelie (PJTQ) 
    Admin

    On inaugure le débat du mois avec un sujet d’actualité : les bonnes résolutions de la nouvelle année ! Si vous avez réfléchi à vos projets 2018, peut-être avez-vous inscrit sur votre liste « quitter Paris ». Est-ce une bonne idée ?

    • Faut-il planifier son départ ou simplement rester à l’écoute des opportunités ?
    • Pourquoi faire ce choix de partir en 2018 ?
    • Quel est le bon mois pour commencer les recherches et préparer son départ ?
    • Vous sentez-vous vraiment prêt à partir ? Comment en être sûr ?
    • Quelles sont vos inquiétudes ?

    Qu’en pensez-vous ?

  • #9864
     maud 
    Participant

    Bonjour,

    pour moi le bon moment pour partir c’est pendant les vacances d’été : j’ai 2 enfants de 6 et 8 ans, je ne me vois pas les changer d’école en cours d’année.
    J’espère quitter Paris en 2018, avec mon mari, nous avons commencé nos recherches activement au retour des vacance de noël. Ça nous laisse 6 mois pour trouver un emploi sur Nantes ou Bordeaux.

    On a très envie de partir, ça fait longtemps qu’on y pense donc on se sent prêts. Même si on a toujours une part de doutes (dans notre cas, comment vont réagir les enfants ? est-ce qu’on va biens s’acclimater à notre nouvelle ville?) ..

  • #9866
     Coralie1289 
    Participant

    Bonjour,

    D’accord avec Maud, même si nous avons bien envie de partir plus tôt, pour être réaliste et avoir le temps de bien tout planifier, nous comptons déménager cet été. C’est aussi car nous sommes encore en train de finaliser notre projet professionnel. Je pense que si une opportunité extraordinaire se présenter pour la ville de nos rêves (Lille), nous n’aurions peut être pas le temps et la flexibilité d’attendre cet été. En général les entreprises cherchent le plus rapidement possible et il ne faut pas laisser filer une opportunité car ça ne court pas les rues! Il faut rester ouvert je pense.. et il y a toujours des solutions possible (plus facile quand la ville est pas trop loin de Paris et que des allers-retours sont encore possible)

    Mon inquiétude principale est de quitter mes amis proches et de ne pas réussir à me faire de vrais amis sur place.. mais du coup j’aurais plus de temps pour reprendre des activités en dehors du travail et rencontrer des personnes.
    C’est aussi pour cela qu’on choisit une ville pas trop loin de Paris, on sait que nos amis viendront facilement passer le weekend et inversement.

  • #9870
     Elie Weber 
    Participant

    Bonjour,
    je vous rejoins,nous allons quitter Paris à l’été 2018 car nous attendons la fin de l’année scolaire.Nous mettons en vente notre appartement en février puis nous chercherons un bien à Lille au printemps.

  • #9921
     Azylis 
    Participant

    Bonjour,

    Pour notre part, quitter Paris est le gros projet de 2018. Nous ne faisons pas les choses à moitié puisque nous visons Toulouse, à 700km de notre domicile actuel.
    C’est un projet que nous mûrissons depuis février 2017, de manière concrète. Jusque là, nous en avions envie mais c’était un avenir flou. Début 2017, nous décidons de lancer le process en fin d’année 2017/début 2018 et envisageons les choses de manière plus concrète. Ce timing était dicté par nos carrières respectives. L’idée était de compléter nos expériences pour avoir des CV pertinents et intéressant. Pour ma part, je totalisais ainsi 2 ans minimum sur mon poste actuel.
    A la rentrée 2017, différents éléments personnels et professionnels nous ont amené à lancer ce projet dès début décembre. C’est ainsi que mon conjoint a signé un contrat à Toulouse juste avant les congés de fin d’année.

    Le départ est donc prévu pour fin mars !
    Quitter Paris est à coup sûr une bonne résolution et le projet de l’année.

    Je ne sais pas s’il y a vraiment une bonne période. On a toujours vite fait de trouver des excuses pour repousser ce genre de gros changements. Nous concernant, nous n’avons pas d’enfant. C’est forcément beaucoup plus facile. Nous ne sommes pas soumis au calendrier scolaire. Notre déménagement se fait dans le cadre d’une mobilité groupe (mutation), nous avons donc droit à de nombreuses aides. C’est un véritable avantage. Pour le logement, nous cherchons un T3 et ce n’est clairement pas ce qui manque en location à Toulouse. Nous devrions donc trouver sans souci au vu de notre dossier et des nombreuses annonces.

    Pour ce qui est du travail, il a toujours été conclus que mon conjoint trouverait un poste (il a une profession dans un marché porteur, qui recrute et il gagne bien sa vie) et que je démissionnerai pour suivi de conjoint. J’ai ainsi droit au chômage et cela me laisse le temps de retrouver sereinement un emploi. Etant dans un secteur un peu tendu, qui recrute peu et avec pas mal de candidats, c’est un vrai avantage. En étant sur place et disponible tout de suite, j’augmente grandement mes chances. Dans notre cas, nous avons donc simplement attendu la bonne opportunité pour Monsieur, qui s’est présentée très rapidement. Nous avions en tête 3 à 6 mois, cela s’est en fait conclu en moins de 3 semaines…

    Nous sommes convaincus de notre choix et c’est un changement que nous attendons avec impatience. Nous n’avons de ce fait presque aucune inquiétude. Pour ma part, ma seule angoisse est d’avoir des difficulté à retrouver un emploi rapidement…

  • #9939
     Aurelie (PJTQ) 
    Admin

    Bonjour à toutes les participantes !

    Pour résumer un peu ce qui ressort de vos avis, j’ai l’impression que la période printemps/été vous semble plus simple pour réaliser le déménagement. Mais vous êtes d’accord pour dire qu’il faut anticiper un peu, et savoir saisir l’opportunité lorsqu’elle se présente.

    Pour les doutes, ils concernent la réaction des enfants, l’intégration et la vie sociale, l’emploi. Je voulais rebondir là-dessus :
    @coralie1289, pour l’intégration, il y a plein de moyens de rencontrer des gens sur place. Les plus fréquemment évoqués par les ex-parisiens que nous avons interrogés (ici) sont par le biais des enfants ou des activités extra-professionnelles. Les loisirs sportifs ou l’implication dans une association notamment sont un excellent moyen de rencontrer des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêt. Mais c’est un vrai sujet, je note de préparer un article plus poussé sur l’intégration dans une nouvelle ville.

    @azylis, pour l’emploi, effectivement on a souvent en tête qu’il est plus difficile de trouver dans une ville comme Toulouse que Paris. Je pense aussi que la démission pour suivi de conjoint est une excellente opportunité de prendre le temps de chercher sur place, sans être poussé par l’urgence. N’hésitez pas à contacter en amont du départ quelques cabinets de recrutement, en leur indiquant la date à laquelle vous serez sur place.

    Pour le timing, est ce que des personnes avec enfants ont fait le choix de déménager en cours d’année scolaire ? Comment cela a-t-il été vécu par les enfants ?

    • #9947
       Azylis 
      Participant

      C’est vrai que je n’ai pas pensé à contacter les cabinets de recrutement mais je vais ajouter ça à ma TO DO !
      Et effectivement, partir pour suivi de conjoint est une belle opportunité. Déjà c’est un motif tout à fait légitime qui est très bien entendu (je pense) par les entreprises et qui permet de couper court aux questions à base de « pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ».
      Et puis en bénéficiant du chômage, on peut effectivement prendre le temps de réfléchir tout en étant disponible très rapidement et déjà sur place.

      La question de l’intégration fait c’est vrai un peu peur. Je suis d’un naturel où j’ai du mal à créer du lien avec les gens. Trouver un emploi permet de s’intégrer plus facilement, de rencontrer des gens, etc.

  • #9943
     Deb-lej Uste 
    Participant

    Bonjour à tous,

    J’ai effectué une fois un déménagement en cours d’année. Je suis partie du 91 à Paris Intra muros.
    J’avoue cela a été source de stress surtout pour la nounou pour le petit dernier. En effet, les écoles publiques doivent prendre en charge vos enfants lorsqu’ils sont scolarisés mais pour la nounou c’est un autre histoire !
    Les enfants n’ont cependant pas eu de mal à s’acclimater. Tout le monde a trouvé sa place et ses repères très rapidement.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Contactez-nous

Une question ? Ecrivez-nous !

En cours d’envoi

©2018 - Paris, je te quitte

Mentions Légales - Charte du Forum
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account